image par défaut

Ce mot venu de l'espagnol - bandolera - apparaît au début du XVIe siècle dans le vocabulaire militaire de l'équipement du soldat, pour désigner une bande de cuir ou d'étoffe que l'on se passe d'une épaule au côté opposé pour soutenir plus facilement son arme, en travers de la poitrine. devenue cordon, lanière ou tresse, la dragonne a connu bien d'autres extrapolations, notamment pour porter un sac ou un appareil photographique, et elle ne correspond plus nécessairement à un port en diagonale sur la poitrine. L'application de la bandoulière au parapluie moderne est relativement récente et ne date que des années 1970. Nul ne saurait contester son caractère éminemment pratique et fonctionnel, mais les "puristes" du pépin regimbent contre cet accessoire qui retire de sa pureté originelle à la silhouette classique du pare-à-pluie.

L'apparition de la bandoulière a sans aucun doute redonné un coup de fouet aux ventes de parapluies, essentiellement auprès du public féminin. Disposer d'un parapluie sans être "encombrée", c'est effectivement l'idéal à partir du moment ou l'on cantonne la parapluie dans une fonction exclusivement utilitaire. .