image par défaut

La canne lance-eau relève d'une catégorie de cannes à système qui connurent un certain succès à la fin du siècle dernier : celles que l'on trouverait aujourd'hui dans un magasin de farces et attrapes. La "pisseuse", comme on appelle familièrement cette canne "gicleuse", comporte une petite poire en caoutchouc à remplir d'eau, que l'on actionne grâce à un mécanisme généralement dissimulé dans le manche, lequel s'orne d'une figurine, d'une tête, d'un sujet amusant, etc. Très en vogue dans les réunions de plein air, sorties à la campagne et autres pique-niques aux champs, la pisseuse est une canne d'homme qui connut notamment un grand succès aux États-Unis. On la surnomme aussi parfois "canne à vitriol" par plaisanterie, mais ce dangereux acide aux effroyables brûles est réservé aux véritables cannes de défense que l'on peut effectivement remplir de vitriol (dans un petit réservoir en métal et non en caoutchouc).

La pisseuse s'orne par foi sur le pommeau d'un motif plus ou moins grivois, comme l'inévitable Manekenpiss, ou encore cette scène hautement figurative réunissant un homme courbé en deux portant sur son dos une femme renversé, qui émet une gerbe d'eau de grande envergure ! Citons également les cannes lance-eau en forme de têtes de Chinois : il suffit d'actionner la tresse de cheveux pour faire levier sur le réservoir d'eau.