yes we cane

Dans le vocabulaire de collectionneurs, on appelle "objets séditieux" toutes sortes d'objets très divers qui, vus sous un certain angle, considérés d'une certaine manière, évoquent quelque chose d'interdit dans le domaine politique. Les tracts et les caricatures sont des objets séditieux très courants et connus, mais on peut citer aussi, par exemple, certains objets optiques, des verres ornés de figurines, des découpages, ainsi que, bien sûr, les cannes.

La grande majorité des cannes séditieuses sont ornées d'une poignée ou d'un pommeau qui évoque soit le personnage dont on se moque, soit le personnage que l'on veut honorer. L'outrance de la caricature - Dreyfus avec la code en cou, un long nez projeté en avant formant le corbin de la poignée - est très révélatrice à cet égard. Napoléon et Louis XVI sont des sujets assez courants, de même que les nombreuses personnalités politiques du Second Empire, sans oublier Marianne ou le bonnet phrygien, c'est à dire tout sujet permettant de clamer haut et fort ses opinions politiques. Le petit drapeau national que l'on voit encore aujourd'hui frénétiquement agité lors de certaines manifestations peut passer pour une survivance de la canne séditieuse, catégorie dans laquelle on peut aussi ranger les cannes de campagnes présidentielles très répandues aux États-Unis, figurant soit l'effigie du candidat, soit la mascotte du parti qu'il représente. Mentionnons enfin les curieux modèles de cannes de manifestation politique dont le fût, en bois léger ou en carton bouilli, renferme un drapeau soigneusement plié, le manche de la canne servant de hampe.