image par défaut

Presque aussi nombreuses que les cannes-épées, les cannes-fusils, fabriquées en France, en Angleterre ou en Belgique à la fin du XIXe siècle, ont connu une grande vogue.

Le modèle classique, par exemple, associe un fût métallique, qui fait canon sur une longueur de 9 mm, avec un corbin en métal ou en corne. La férule libère le canon tandis qu'un crochet sert à l'armement et à l'extraction des cartouches. Relativement sophistiqué, cet ustensile pouvait faire partie du voyageur soucieux de sa sécurité d'une manière discrète. Tout comme la canne-pistolet (canne de marche), dont il existe des modèles très perfectionnés : la canne-pistolet dite "Magister" tire deux cartouches de calibre 22 ; le fût, en bois plaqué couleur palissandre, se termine par un pommeau en corne orné d'une bague dorée. Ce modèle très rare et recherché, en parfait état de marche, a récemment été proposé dans une vente d'armes blanches et à feu qui a eu lieu à... Cannes, le 19 avril 1986 ! On y voyait également une canne-pistolet à percussion d'origine anglaise, vers 1860, à pommeau de corne et de cuivre, avec un fût recouvert de jonc. Toujours le souci d'allier l'efficacité à la discrétion, avec un goût de l'élégance sobre...

Mais s'il existe autant de modèles de cannes de défense, il se trouve aussi des accessoires d'une autre nature : telle la "canne de voleur de sac". le fût métallique est équipé d'un système à ressort, qui se contracte pour laisser apparaître une griffe à trois branches. Ustensile indispensable du pickpocket bien équipé.