image par défaut

Lorsque la canne en bois n'est pas un accessoire luxueux du costume élégant, sujet à une mode, un décor, une ornementation, mais qu'il appartient, de tradition, à l'équipement du paysan de tous les temps, il devient souvent le support d'un motif décoratif aussi simple qu'une tête, imberbe ou barbue, chauve ou caricaturale, selon l'aspect que présente le bois et la dextérité de celui qui la sculpte, avec son couteau ou un fer rouge.

Dans de nombreux cas, le sujet est réduit à sa plus simple expression, mais il prend comme support ce que l'on peut qualifier de "calembour plastique". En effet, comme le bout de la canne ou du bâton s'appelle le pommeau, on voit du même coup se multiplier les pommeau, on voit du même coup se multiplier les pommeaux en forme de pomme ! D’où la prolifération, par voie de conséquence, des serpents qui s'enroulent sur le fût de la canne, pointant leur langue fourchue vers le fruit défendu...

Autre exemple de calembour plastique très courant : la poignée de la canne rustique en forme de canard ou de canne, à cause du bec-de-cane. Il s'agit dans ce cas d'un bâton choisi dans un morceau de bois qui présente naturellement un prolongement plus ou moins spatulé à angle droit que l'on peut facilement exploiter dans cette direction figurative.