image par défaut

Les cannes de marin, relativement courantes à la fin du XVIIIe siècle et pendant le XIXe, se distinguaient très sensiblement des "cannes de bourgeois". Non seulement elles étaient plus hautes et plus épaisses. Mais surtout, elles étaient réalisées dans des matériaux très particuliers et travaillées avec un souci de recherche original. Tout comme ces objets caractéristiques que sont les dents de morse gravées, les cannes de marin sont aujourd'hui très recherchées par les collectionneurs et atteignent de fortes cotes. La canne de marin peut être, par exemple, un os de baleine torsadé d'une manière spécifique, modèles sont surmontés d'un pommeau sculpté ou encore d'un bec d'albatros. Autre type de canne de marin très spectaculaire : la colonne vertébrale de requin, enfilée de tout son long sur une tige métallique, puis soigneusement polie et renforce à l'extrémité d'un embout métallique.

On peut citer comme pièce rare à cet égard une "canne lunette de sextant", prise dans une monture en ivoire de morse sculpté en forme de monstre marin, avec un fût associant l'ébène et les vertèbres de requin.

Les somptueuses cannes d'amiral, fort prisées par les Nritaniques au XIXe siècle, comportant une longue-vue gravée à leur nom, relèvent quant à elles davantage des instruments d'optique que de l'art populaire.