canne de combat

Le nouveau Dictionnaire de la vie pratique (Hachette, 1923) consacre trois colonnes très documentées à "la canne considérée comme sport", qui peuvent servir d'introduction à cette excellente activité" tant du point de vue de "l'hygiène que de celui de la défense personnelle". A l'aide de petites figures parfaitement explicites, on découvre ainsi les secrets des gardes et des parades : garde de tierce haute, canne tendue dans le prolongement du bras ; contres à l'aide de moulinets ; garde de seconde haute, la canne pointée en oblique devant soi ; garde de prime basse, la canne dirigée vers le sol en croisant son bras sur la poitrine ; sans oublier la stupéfiante riposte en prime basse, dont le magistral moulinet fait atterrir la canne sur le crâne de l'agresseur.

Les attaques procèdent par feintes, avec des coups contre la canne de l'adversaire ou contre sa jambe, pour parvenir ensuite à porter le vrai coup : au visage, au crâne, sous les côtes ou sur la rotule. Dans un assaut courtois, les protections (masque et gants surtout) désamorcent la rudesse des coups, qui doivent être exécutés avec sobriété, élégance et concision. Dans la rue, nuire un agresseur emporté en le frappant de sa canne (le rotin constitue une excellente canne de défense) sur les parties du corps suivantes : l'avant-bras pour paralyser les muscles qui tiennent éventuellement une arme, les mains, le coude, l'intérieur de la cuisse et la rotule. Le grand avantage de la canne comme défense, c'est qu'elle évite le corps-à-corps grâce aux impressionnants moulinets que l'on exécute au-dessus de sa tête. Signalons enfin quelques coups "cruels" à réserver contre les malfaiteurs déclarés : coups "en bout" contre les dents, les yeux, la gorge, le creux de l'estomac et le bas-ventre... Dernière parade : relever rapidement sa canne d'un seul geste vers le visage de l'agresseur pour lui briser la mâchoire, après avoir donné l'apparence d'un monsieur flegmatique qui tient sa canne mollement, le bout tombant sur le sol, près de sa cheville ! Coup particulièrement traitre et meurtrier.