0

Votre panier est vide.

Quand la canne devient tendance

samedi 12 décembre 2015 15:34:00 Asia/Nicosia

canne pour marcher
Quand la canne devient tendance

Une canne est généralement constituée de quatre parties : le pommeau, la bague, le fût et la férule.

L'âme de la canne, le pommeau

Le pommeau peut être considéré comme l'élément principal - le plus évident de la canne. Située dans sa partie supérieure, sa décoration minutieuse et souvent fastueuse expose des signes, des significations, des symboles et des messages. Il n'est donc pas hasardeux d'affirmer que le pommeau d'une canne est un truchement de communication. Parmi les très nombreux types de pommeaux, nous ne citerons que les plus répandus. La forme la plus simple est celle du nœud plus ou moins sphérique : elle est considérée comme la plus ancienne, puisqu'elle dérive de la nodosité même de la branche coupée, origine de toute cannes. La même antiquité vaut pour le pommeau courbe doté d'un croc, qui vient directement de la houlette des pasteurs. Certains pommeaux sphériques peuvent être légèrement aplatis sur le sommet, constituant une sorte de bouton. Parmi les pommeaux droits, on relève de nombreuses variantes, cylindriques et tronconiques (pommeaux milord), avec calotte plate ou plus ou moins arrondie. Dans les pommeaux en équerre, on distinguera les pommeaux béquilles à un seul bras, qui peut être droit, en crochet, en bec de corbin, anguleux ou incurvé (ce dernier est le cas le plus fréquent pour les manches de parapluies et d'ombrelles) ; d'autres auront deux bras, qui peuvent être droits en forme de "T" ou réduits et incurvés en forme de "tau". Pour finir, on aura les pommeaux opéra, des des sculptures plus ou moins élaborées, pour lesquelles les talents et l'imagination des artisans se sont donné libre cours depuis des siècles.

La bague

La bague est placée pour dissimuler la ligne de jointure entre le pommeau et le fût, lorsque la canne est composée de plusieurs parties. Toutefois, on la trouve aussi sur des cannes d'une seule pièce. Sa fonction pourrait être de donner une solidité plus grande à la canne, au point ou les contraintes d'effort sont plus grandes. Souvent purement décorative, elle peut porter l'identification du propriétaire de la canne. Les matériaux utilisés, des plus disparates, vont de l'argent au cuir en passant par le cuivre, l'aluminium, le laiton.

Le fût de la canne de marche

Lisse travaillé ou décoré, il est naturellement l’élément déterminant dans l’équilibre statique de l'objet. De section ronde, elliptique ou polygonale, plein ou creux, c'est la partie la plus captivante dans l'univers infini des cannes transformables "à système". On peut affirmer avec certitude qu'il n'est pas un matériau qui n'ait été utilisé à cet effet : bois, ivoire, dent de narval, nerf de beauf, matière plastique... et jusqu'au verre.

L'embout

La férule, partie terminale de la canne, sert à prévenir le glissement du fût sur le sol et à protéger de l'usure. Toutes les cannes de marche mistercanne, sont équipées d'un embout en caoutchouc.

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

Balzac et sa canne

vendredi 25 septembre 2015 13:09:37 Asia/Nicosia

la canne de balzac

Né en 1799 et auteur de romans alimentaires sous des pseudonymes divers, avant d’atteindre la célébrité avec La Femme de trente ans, puis cette fantastique postérité de La Comédie humaine, Honoré de Balzac est également l'auteur d'un ouvrage peu connu, intitulé Traité de la vie élégante (publié en plusieurs livraisons dans un journal de 1830), et qui commence par cette phrase en exergue : "L'esprit d'un homme se devine à la manière dont il porte sa canne de marche."

La vie de Balzac, dandy parisien, précède sa grande période de création, mais le dandysme lui doit beaucoup. Bien que son embonpoint un peu trop excessif l’empêchât de passer pour un Brummel continental, il n'en a pas moins énoncé quelques principes fondamentaux concernant la véritable élégance et ses accessoires. Mais attention : il convient d'être fashionable avec naturel ! L'élégance d'un dandy ne doit jamais apparaître comme "travaillée". Sinon, il devient "un meuble de boudoir", "un mannequin extrêment ingénieux qui mord ou tète habilement le bout d'une canne pliante", mais un "être pensant" jamais ! C'est pourquoi le maniement de la canne ne s'apprend pas : il se possède de naissance... "Il ne suffit pas d'être devenu riche ou de naître pour mener une vie élégante, il faut en avoir le sentiment".

Sur nombre de caricatures ou Honoré de Balzac apparaît, le ventre avantageux serré dans un gilet, ses cheveux longs et plats effleurant le col de se redingote, ses pieds minces pointant dans des bottines vernies sous le tendu de son pantalon à sous-pied, il tient à la main une fort étrange canne de luxe, deux fois plus large de diamètre au sommet qu'à la base, en forme de long fût évasé, prenant des allures de colonne monumentale. Il faut dire que tout Paris en parlait, de la canne de Balzac ! Elle mesurait en réalité 95 cm de haut et possédait surtout un fort joli couvercle à charnière, en or, orné de petites turquoises et de ciselures. Le couvercle remplaçant le pommeau se levait pour découvrir, juste en-dessous, un portrait miniature de cette "chère Eve", madame Hanska.

Ce remarquable ouvrage de joaillerie monté sur un jonc avait couté la somme non négligeable de 700 francs de l'époque, chez le bijoutier Lecointe, rue de Castiglione, et Balzac l'arborait avec le sentiment très vif de contribuer à l'histoire de l'accessoire du costume. La dragonne était formée de trois chaînette d'or terminées par des petites glands, réalisées avec un sautoir ayant appartenu à madame Hanska jeune fille. A la mort de Balzac, en 1847, elle hérita de cette canne dont elle retira son médaillon, puis elle l'offrit au docteur Nacquart, l'ami intime de son époux. L'arrière-petit-fils de Nacquart en fit donc au Musée Carnavalet. La canne de Balzac est aujourd'hui conservée à la Maison de Balzac, rue Raynouard, à PAris, dans le XVIe arrondissement.

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

Figures de cannes

samedi 5 septembre 2015 19:17:25 Asia/Nicosia

canne de combat

Le nouveau Dictionnaire de la vie pratique (Hachette, 1923) consacre trois colonnes très documentées à "la canne considérée comme sport", qui peuvent servir d'introduction à cette excellente activité" tant du point de vue de "l'hygiène que de celui de la défense personnelle". A l'aide de petites figures parfaitement explicites, on découvre ainsi les secrets des gardes et des parades : garde de tierce haute, canne tendue dans le prolongement du bras ; contres à l'aide de moulinets ; garde de seconde haute, la canne pointée en oblique devant soi ; garde de prime basse, la canne dirigée vers le sol en croisant son bras sur la poitrine ; sans oublier la stupéfiante riposte en prime basse, dont le magistral moulinet fait atterrir la canne sur le crâne de l'agresseur.

Les attaques procèdent par feintes, avec des coups contre la canne de l'adversaire ou contre sa jambe, pour parvenir ensuite à porter le vrai coup : au visage, au crâne, sous les côtes ou sur la rotule. Dans un assaut courtois, les protections (masque et gants surtout) désamorcent la rudesse des coups, qui doivent être exécutés avec sobriété, élégance et concision. Dans la rue, nuire un agresseur emporté en le frappant de sa canne (le rotin constitue une excellente canne de défense) sur les parties du corps suivantes : l'avant-bras pour paralyser les muscles qui tiennent éventuellement une arme, les mains, le coude, l'intérieur de la cuisse et la rotule. Le grand avantage de la canne comme défense, c'est qu'elle évite le corps-à-corps grâce aux impressionnants moulinets que l'on exécute au-dessus de sa tête. Signalons enfin quelques coups "cruels" à réserver contre les malfaiteurs déclarés : coups "en bout" contre les dents, les yeux, la gorge, le creux de l'estomac et le bas-ventre... Dernière parade : relever rapidement sa canne d'un seul geste vers le visage de l'agresseur pour lui briser la mâchoire, après avoir donné l'apparence d'un monsieur flegmatique qui tient sa canne mollement, le bout tombant sur le sol, près de sa cheville ! Coup particulièrement traitre et meurtrier.

Mots clés:

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

"Ma fidèle canne-épée..."

mercredi 26 août 2015 18:47:00 Asia/Nicosia

canne épée

On connaît surtout la canne-épée de réputation, par quelques témoignages historiques sur ses effets meurtriers. Mais pour en avoir une vision "moderne", il suffit d'avoir recours à Hergé. Les fidèles admirateurs de Tintin se rappelleront sans doute cette page de Tintin en Amérique ou le héros, affronté à un dangereux gangster, l'attire dans un savant guet-apens pour pouvoir le piéger.

Mais au moment ou Tintin, grimé en groom, braque son révolver sur le bandit, alors qu'il l'a fait entrer par surprise dans le bureau d'un homme d'affaires véreux, voici que, catastrophe ! le bruit caractéristique du browning non chargé retentit tragiquement : clic ! Alors le bandit de déclarer, avec un sourire sardonique : "Voici une arme bien meilleure : ma fidèle canne-épée..." Et il dégaine d'un geste ample, en tenant fermement d'une main la poignée de sa canne et de l'autre le fût de bois de celle-ci, une très longue, très pointue et très fine lame. Tout en précisant, devant Tintin très inquiet : "... dont je vais me servir pour vous guérir une fois pour toutes de la fâcheuse habitude que vous avez de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas...". Et Milou de commenter : "C'est vraiment trop pointu !".

Exemple unique d'une démonstration de canne-épée dans l'iconographie contemporaine... Au terme de laquelle la canne-épée saute des mains de son propriétaire, réduit à zéro par une parade acrobatique de Tintin, et l'arme de se planter en vibrant dans la queue de Milou qu'elle cloue au sol !

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

La canne séditieuse

dimanche 16 août 2015 19:35:00 Asia/Nicosia

yes we cane

Dans le vocabulaire de collectionneurs, on appelle "objets séditieux" toutes sortes d'objets très divers qui, vus sous un certain angle, considérés d'une certaine manière, évoquent quelque chose d'interdit dans le domaine politique. Les tracts et les caricatures sont des objets séditieux très courants et connus, mais on peut citer aussi, par exemple, certains objets optiques, des verres ornés de figurines, des découpages, ainsi que, bien sûr, les cannes.

La grande majorité des cannes séditieuses sont ornées d'une poignée ou d'un pommeau qui évoque soit le personnage dont on se moque, soit le personnage que l'on veut honorer. L'outrance de la caricature - Dreyfus avec la code en cou, un long nez projeté en avant formant le corbin de la poignée - est très révélatrice à cet égard. Napoléon et Louis XVI sont des sujets assez courants, de même que les nombreuses personnalités politiques du Second Empire, sans oublier Marianne ou le bonnet phrygien, c'est à dire tout sujet permettant de clamer haut et fort ses opinions politiques. Le petit drapeau national que l'on voit encore aujourd'hui frénétiquement agité lors de certaines manifestations peut passer pour une survivance de la canne séditieuse, catégorie dans laquelle on peut aussi ranger les cannes de campagnes présidentielles très répandues aux États-Unis, figurant soit l'effigie du candidat, soit la mascotte du parti qu'il représente. Mentionnons enfin les curieux modèles de cannes de manifestation politique dont le fût, en bois léger ou en carton bouilli, renferme un drapeau soigneusement plié, le manche de la canne servant de hampe.

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

Personnages célèbres et canne de marche

lundi 20 juillet 2015 13:01:00 Asia/Nicosia

dupont et dupont

Il n'est pas rare qu'un personnage célèbre, réel ou imaginaire, figure de roman ou de bande dessinée, homme politique ou actrice de cinéma, acquière sa notoriété, son "image de marque", grâce à un accessoire" qui devient finalement partie intégrante de sa silhouette, comme par exemple le Dr House et sa canne.

Winston Churchill serait-il toujours Churchill sans son cigare ? Et le gondolier de Venise sans son canotier ? Et l'Allemande moyen sans sa culotte de peau et son chapeau tyrolien ? Et Henri IV sans son "panache blanc" ? Et Greta Garbo sans ses lunettes noires ?

La canne et le parapluie n'ont pas manqué de compléter bien des fois une figure qui, désormais, n'apparaît plus sans cet accessoire définitif. Il faut citer ici, par exemple, le parapluie noir de Gandhi, silhouette reconnaissable entre toutes, avec son crâne rasé, son ample vêtement blanc et son "ombrelle" noire. Imaginerait-on les fameux Dupond et Dupont, les inénarrables détectives des aventures de Tintin, sans leurs cannes respectives (ou leurs parapluies tout aussi jumeaux) ? Et Louis XIV dans toute sa majesté, sur quoi appuie-t-il sa noble main droite ? Quant à Bécassine débarquant dans la capitale, on n'ose l'imaginer sans son parapluie à manche en tête de canard ?

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

Charlot et sa canne !

jeudi 16 juillet 2015 18:01:00 Asia/Nicosia

canne de charlot

Charles Spencer Chaplin, dit Charlie, commença sa carrière comme petit comédien spécialisé dans la pantomine. Il attira sans aucun mal l'attention de Mack Sennet, grâce à qui il put signer un contrat à Hollywood. En quelques saisons, son personnage était crée : chapeau melon, petite moustache noire, veston étriqué et pantalon en accordéon, grandes chaussures pointure 45 qui lui donnent une démarche en canard, et surtout : l'inséparable canne de bambou flexible, dont il se sert en toute circonstance avec une malicieuse ingéniosité. La canne de marche fait totalement partie du personnage de Charlot, sorte d'entité burlesque toujours bernée, mais jamais découragée, qui apparaît comme un symbole de l'homme libre, de l'individu vainqueur des stupidités de la vie et du conformisme petit-bourgeois.

Car la canne, le melon et le costume noir, c'est l'uniforme par excellence du bourgeois bien rangé. Et les prendre comme éléments visuels d'une silhouette comique, presque animés d'une vie propre - le melon qui va de guinguois et penche sur l’œil, la canne qui mouline et virevolte à plaisir - c'est leur attribuer une valeur d'emblèmes. Quand on pense à Charlot, est-ce le melon, la moustache ou la canne qui surgit en premier à l'esprit ?

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

Canne Makila

mardi 7 juillet 2015 12:47:00 Asia/Nicosia

canne makila

Les cannes makilas basques remontent à une ancienne tradition, mais c'est au XIXe siècle qu'elles sont devenues l'apanage du "vrai Basque", son bâton de marche, se compose en effet d'un fût assez mince terminé par une extrémité pointue et ferrée ou plombée ; la poignée ou le pommeau recouvre un aiguillon et possède une dragonne qui permet de bien la tenir à son poignet. Le makhila est fait traditionnellement en néflier, une essence que l'on rencontre fréquemment dans les Pyrénées ; le hêtre de montagne, ainsi que le jonc torsadé ou le nerf de bœuf sont également classiques.

Le haut du fût reçoit l'aiguille, ou l'aiguillon, plus ou moins longue et effilée, que recouvre la poignée creuse, généralement recouverte de cuir tressé, comme la dragonne. Le pommeau du makhila est couramment en corne ; on en trouve aussi en maillechort, parfois en argent ou en ivoire, pour certains modèles précieux que l'on offre en cadeau. La caractéristique du makila, que l'on appelle aussi "javelo" ou "bâton basque", est de posséder une extrémité inférieure renflée et prolongée par une sorte de douille plombée qui le transforme en une arme redoutable. La douille elle-même, en cuivre ou en métal blanc, est souvent gravée d'un proverbe, d'un nom ou d'initiales. Un vrai makila se termine enfin par une petite pique en forme de croix.

Aujourd’hui réduit à l'état d'objet touristique, le makhila basque a connu ses lettres de noblesse dans les années 1820 à 1918. Comme il s'agit en réalité d'une sorte de matraque doublée d'un poinçon meurtrier, il fut un temps ou l'on avait interdit son emploi à Bayonne les jours de marché, car trop de rixes avaient dégénéré tragiquement. Nombre de poèmes et de chansons basques lui font jouer un rôle de choix dans la tradition populaire, et il existe même des danses ou le makhila intervient au premier plan.

Il était d'usage en outre d'offrir un makhila d'honneur à certains hôtes de marque. Il était alors revêtu d'une garniture d'argent finement travaillé et le bois de néflier dans lequel il était taillé portait des entailles caractéristiques : encoches pratiquées dans le bois sur pied, deux ans avant sa coupe, par ou s"écoulait la sève, ce qui produisait des renflements particuliers au niveau de la repousse de l'écorce. Il faut noter enfin que le makhila fut une arme "mascotte" très prisée par les poilus pendant la Première Guerre mondiale. La Manufacture de Saint-Etienne proposait dans son catalogue plusieurs modèles de cannes makilas basques. Voici le texte de présentation de l'une d'entre elles : "Canne makila en néflier, grande poignée maillechort avec gravures, lacet pour le poignet, extrémité plombée recouverte par une garniture cuivre, embout spécial forme triangulaire, aiguillon de 6 cm. Pour obtenir l'aiguillon, deviser la poignée. Modèle très pratique."

Mots clés:

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

L'âge d'or de la canne

mercredi 1 juillet 2015 13:30:00 Asia/Nicosia

image par défaut

Le XIXé siècle peut être tenu pour le véritable âge d'or de la canne. Sous l'Empire, elle n'est encore souvent qu'un simple jonc, mais à partir de la Restauration, on lui accorde une place hautement privilégiée. Qu'elle soit utilitaire ou décorative, professionnelle ou dotée d'un "système", la canne de marche se démultiplie sous toutes les formes et dans toutes les fonctions.

Pour le dandy romantique comme le bourgeois qui se montre au Boulevard, pour le maquignon qui s'en sert pour mesurer les encolures des bêtes ou pour le notaire qui abrite dans son pommeau son nécessaire à écrire, la canne devient l'attribut indispensable de l'individu dès qu'il sort de chez lui. Une industrie est née et l'imagination des artisans trouve un beau champ d'application.

On emploie pour les cannes élégantes les bois les plus rares : grenadier, bois des îles, oranger, églantier, mais aussi merisier, bambou ou genêt. Le pommeau classique, simplement arrondi, sphérique même s'il est plus ou moins volumineux, cède la place au "bec de corbin" (recourbé) ou au "tau" (en forme de T, à angle plus ou moins droit).

Mention particulière pour les cannes de marche de promenade réservées aux femmes élégantes : elles peuvent atteindre plus de 1,20 mètre, s'ornent d'or, d'argent ou même de diamants, se baguent de métal précieux et s'enrichissent encore de pierres fines enchâssées ou serties. Sous la belle Époque, l'"art nouveau" offre son séduisant répertoire de formes décoratives, dans lequel la canne ornement puise ces femmes-fleurs sinueuses que l'on retrouve sur les pommeaux ciselés. Mais dès les années 1920, déjà, l'emploi de la canne de marche autre que strictement utilitaire décline.

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann

La canne magique

mardi 9 juin 2015 13:04:00 Asia/Nicosia

canne magique

Les illusionnistes et les équilibristes, les magiciens et les prestidigitateurs ont toujours affectionné cet accessoire apparemment anodin qu'est le canne. Dans ce domaine très particulier de la magie, du cirque et du spectacle, la canne est souvent très légère, plus ou moins longue, mais avec un pommeau ou un fût qui recèle parfois bien des surprises.

Traditionnellement vêtu de son smoking impeccable et d'un haut de forme "huit reflets", le magicien virevolte dans les plis de sa cape doublée de soie rouge et brandit à la main sa petit canne noire à pommeau blanc. Un geste, et la canne s'ouvre en trépied, le chapeau retourné s'emboîte dessus... et trois lapins en bondissent ! La canne du magicien peut également se rétracter et laisser surgir un parasol de soie qui se déploie aussitôt. Il y a aussi les cannes à mouchoir : l'illusionniste tient dans sa main un grand mouchoir de couleur vive, il s'agite et, d'un seul coup, la lame d'acier dont est constituée la canne se détend pour constituer une belle canne rigide. Lorsque la canne en question est repliée elle tient facilement dans le creux de la main.

Main la magie, c'est parfois aussi, tout simplement, celle de la danse. Comment ne pas évoquer ici la figure si élégante de Fred Astaire, parfaite épure noire et blanche, qui ponctue, notamment dans Top Hat, chacune de ses figures d'un geste de la canne ou du chapeau...

Posted in L'univers des cannes de marche By BALTHAZARD Yoann
Loading...