0

Votre panier est vide.

Septième art et parapluie

lundi 15 juin 2015 17:35:00 Asia/Nicosia

parapluie

Parmi toute la production cinématographique depuis la géniale invention des frères Lumière, il serait amusant de dresser la liste des grands films ou le parapluie-canne aurait joué un rôle de première grandeur... Dans le Dictionnaire des films de Gorges Sadoul, entre Pâques sanglantes de De Santis et Les Parents terribles de J. Cocteau, on trouve bien sûr les Parapluies de Cherbourg : comédie musicale "néo-réaliste poétique" signée Jacques Demy, en 1964, dans laquelle la blonde Catherine Deneuve, qui vend des parapluie dans le petit magasin de sa mère, tombe amoureuse d'un garagiste auquel elle dit adieu, sous des trombes d'eau (et sans parapluie-canne), le jour ou celui-ci doit partir pour la guerre d'Algérie.

Autre grande date cinématographique à la gloire du parapluie du moins dans une scène éblouissante ou Gene Kelly danse avec un réverbère tandis que la pluie noie New York : "Singin'in the rain...", chef-d’œuvre d'invention ou les gags visuels et sonores s'enchaînent sur un rythme d'une folle gaieté.

L'ombrelle de Katherine Hepburn dans African Queen, le gigantesque parapluie ou s'abritent les deux Orphelines de D.W. Griffith, le parapluie très british de Dick Bogarde inimitable dans The Servant de Losey, et tous ceux qui se succèdent dans Il pleut toujours le dimanche, un film anglais de 1948, tragédie populiste sur fond de banlieue pluvieuse, ou encore ces ombrelles japonaises qui se profilent dans Les Comtes de la Lune vague après la pluie de Mizoguchi... A suivre !

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Meuble de famille

lundi 25 mai 2015 19:15:00 Asia/Nicosia

parapluie

Lorsque le parapluie canne fit son apparition en France, au cours des années 1550, il n'avait que très peu de points communs avec le parapluie-canne fin comme une aiguille du gentleman ou de la femme élégante. C'était à proprement parler un véritable "meuble de famille", que l'on se transmettait, comme un coffre de mariage ou une armoire, de génération en génération. Il est à noter que le parapluie passa de France en Angleterre vers le début du XVIIe siècle. L'antique parapluie français possédait un manche en bois de frêne, de chêne, d'aune ou de palissandre. Sa longueur était d'environ 1,20 mètre, avec une dizaine de baleines véritables, de 80 centimètres de long ; les fourchettes étaient en cuivre. Ce "meuble" imposant pesait environ 3 à 4 livres...

Les extrémités des baleines étaient recouvertes par un chapeau de cuivre et un gros anneau de ce même métal servait à le porter, tête en bas, jusqu'à ce qu'on "invente" une lanière de cuir pour le porter à son poignet, vers 1796. La carcasse était recouverte d'un matériau tel que le cuir, toile cirée, soie huilée ou papier vernis. Plus tard, on commença à utiliser du "gros de Naples". vers 1780, la mode était au taffetas rose, jaune ou vert (mauve ou violet pour les abbés). Plus tard, ce fut le rouge le vert ou le bleu.

Il faut attendre les années 1825 pour voir se généraliser les couleurs foncées : vert sapin, marron et noir. Le bois ou la corne qui constituait traditionnellement le manche prit l'habitude de se couvrir de placage d'or ou d'argent, avec des figurines diverses en corozo, en ivoire, voire en celluloïd, au XIXe siècle. L'imagination des fabricants n'a fait, depuis, que croître et embellir.

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Parapluie-parachute

lundi 18 mai 2015 19:33:00 Asia/Nicosia

un parapluie parachute

Connaissez-vous l'histoire de l'empereur Shun que son père, le cruel Ku-Sou, voulait faire disparaître ?

Cela se passait, rapporte la tradition, en 90 av. J.-C Ku-Sou enferma son fils en haut d'une tour et il y mit le feu. Mai Shun imagina de réunir ensemble plusieurs parasols coniques pour sauter de la tour en flammes. Plusieurs inventeur Français tentèrent à plusieurs reprises de mettre au point des dispositifs "volants" inspirés du parapluie et certains modèles fient ainsi quelques modestes vols planés, emportant une nacelle ou l'on avait placé un chien ou un mouton. Joseph Montgolfier alla même jusqu'à réaliser une ombrelle géante de plus de 2 mètres de diamètre. Et Restif de la Bretonne, dans l'un de ses romans, décrit un parapluie servant de parachute. C'est néanmoins le général Beurnouville qui passa à la pratique en 1973 lorsque, fait prisonnier des Autrichiens, il s'échappa de la forteresse d'Olmütz en sautant d'une tour à l'aide d'un parapluie (deux parapluies réunis, précisent même certains). Sa chute d'une trentaine de mètres ne fut pas mortelle, mais il faillit se noyer dans les douves.

Mots clés:

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Paratonnerre

mardi 3 mars 2015 17:49:00 Asia/Nicosia

paratonnerre

L'une des applications les plus singulières que l'on connaisse du parapluie date de la fin du XVIIIe siècle. A cette époque, Ben-jamin Franklin venait d'inventer le paratonnerre, et ce partisan des Lumières, passionné de recherches électriques, grand voyageur et propagateur de l'amitié franco-américaine, communiqua à beaucoup de gens son enthousiasme d'inventeur. On vit proliférer toutes ces sortes de petits paratonnerre portatifs. C'est justement un Français du nom de Barben-Debourg qui, en 1775, imagina de se servir du parapluie dans ce but : l'ustensile était surmonté d'une tige de fer se dépliant dans le prolongement du mât et cette tige était reliée au sol par une chaînette qui épousait la forme du parapluie déployé.

Le propriétaire de celui-ci devait se contenter de tenir son ustensile équipé, au moyen d'un manche en bois parfaitement isolant, et il s'abritait dès lors sous le dôme de son parapluie sans craindre ni la foudre ni les éclairs. On connaît également un autre exemple de parapluie-paratonnerre inventé par un Allemand du nom de J.-J Henner.

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

En-cas

dimanche 15 février 2015 17:27:00 Asia/Nicosia

illustration de l'article

Ce surnom familier du parapluie dit bien ce qu'il veut dire et correspond parfaitement à sa fonction première : réponse à l'éventualité d'une avers, toujours fortuite, inattendue et insoupçonnée. Alors, "en cas de" pluie...

Car on connaît bien les impondérables de la prévision météorologique et la fameuse formule "variable avec éclaircies", susceptible de toutes les interprétations.
Pour aider porteurs et porteuses de parapluie, voici quelques proverbes d'ancienne tradition qui leur permettront de prendre à bon escient leur en-cas :

  • "Poisson sautant hors de l'eau, la pluie pour bientôt" (Bretagne, Normandie).
  • Si plus qu'à l'ordinaire les étoiles grossissent, c'est de l'eau que bientôt les nuages vous pissent" (ile-de-France).
  • S'il pleut à la saint Médard (le 8 juin), il pleut quarante jours plus tard" (partout en France).
  • Quand le coq chante à la veillée, il a déjà la queue mouillée" (ile-de-France)
  • Si tu t'éloignes de ta maison, si c'est grec, prends ton parapluie" (Provence, Languedoc ;le "grec" est un vent d'est).
  • Lune cerclée, pluie assurée" (Languedoc)
  • Quand chante le coucou, un jour est mouillé, l'autre sec."
Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Modèle campagnard

lundi 1 décembre 2014 17:42:00 Asia/Nicosia

parapluie de campagne

Le parapluie traditionnel de campagne, tel qu'il existe au XIXe siècle dans les milieux ruraux, est toujours très grand, assez vaste et profond pour abriter confortablement deux ou trois personnes regroupées sous sa coupole. Il est souvent fait de toile bleue, que les intempéries puis le soleil décolorent jusqu'à cette teinte caractéristiques gris jaune ou bleuté, avec généralement de vraies baleines, ou encore des baleines en bois, maintenues par des grosses pointes arrondies en os ou en bois. Le manche, épais et solide, n'est pas forcément recourbé. C'est un modèle de parapluie très simple, mais particulièrement résistant, qui connait un regain d’intérêt comme parapluie "de jardin", refait à l’imitation des anciens, avec un pommeau en boule ou tout droit, en toile bleue ou rouge. On les utilisait traditionnellement aux champs, comme protection contre la pluie mais aussi contre le vent. et les gardeuses de troupeaux pouvaient s'en servir comme de bons abris, accroupies contre un muret ou une haie pour attendre l'éclaircie.

A ne pas confondre avec le parapluie de golf, également vaste mais à tranches de couleurs bariolées, avec un robuste embout métallique et un épais manche court et droit.

Mots clés:

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Goûts et couleurs du parapluie

lundi 20 octobre 2014 19:34:00 Asia/Nicosia

drôle de parapluie

Objet utilitaire et accessoire de mode à la fois, le parapluie a suivi, au cours des ans, l'évolution des goûts et des couleurs. La toile rouge ou vert pomme de ses premières années a laissé la place à des teintes plus foncées vers la fin du XIXe siècle - marron, vert-bouteille, noir -, pour retrouver progressivement un éventail de teintes qui aujourd'hui ne connaît plus de limites. Qu'il soit uni, écossais, imprimé de fleurs, de rayures, de motifs géométrique, de dessins, de sigles, etc., il constitue souvent le complément coloré d'une tenue élégante. Il est d'ailleurs un facteur qui influe considérablement sur le chois d'un parapluie : la saison.

La mode du liberty ou de la percale fleurie, qui donne de très beaux modèles de parapluies de printemps, ne correspond à un réel débouché que si l'on trouve également des modèles d'automne ou d'hiver, conçus dans des teintes ou des matériaux également adaptés à la saison. Il est aujourd'hui courant de posséder, par personne, plusieurs parapluies : généralement un de ville - bien courant et de belle qualité, de fabrication classique - un de voyage ou de déplacement - pliant, plus court, plus léger -; et parfois un troisième, de nature "fantaisie", soit golf, soit "mascotte"

Mots clés:

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Parapluie canne

lundi 14 avril 2014 12:49:00 Asia/Nicosia

image par défaut Objet utilitaire et accessoire de mode à la fois, le parapluie cannne a suivi, au cours des ans, l'évolution des goûts et des couleurs.

La toile rouge ou vert pomme de ses premières années a laissé la place à des teintes plus foncées vers la fin du XIXe siècle - marron, vert-bouteille, noir -, pour retrouver progressivement un éventail de teintes qui aujourd'hui ne connaît plus de limites. Qu'il soit uni, écossais, imprimé de fleurs, de rayures, de motifs géométriques, de dessins, de sigles, etc., il constitue souvent le complément coloré d'une tenue élégante. Il est d'ailleurs un facteur qui influe considérablement sur le choix d'un parapluie : la saison.

La mode du liberty ou de la percale fleurie, qui donne de très beaux modèles de parapluies de printemps, ne correspond à un réel débouché que si l'on trouve également des modèles d'automne ou d'hiver, conçus dans des teintes ou de matériaux également adaptés à la saison. Il est aujourd'hui courant de posséder, par personne, plusieurs parapluies : généralement un de ville - bien couvrant et de belle qualité, de fabrication classique et éventuellement "toutes saisons" - ; un de voyage ou de déplacement - pliant, plus court, plus léger - ; et parfois un troisième, de nature "fantaisie", soit golf, soit "mascotte", ou encore délibérément mode ou gadget : coupole transparente, parapluie à deux places ou même "à visière" (imitant la tête de Donald ou de Mickey !).

Pour l'hiver 83-84, la mode du parapluie proposait : des modèles de coton ou de satiné, à rayures ou motifs africains en camaïeu ; des modèles "rustiques", de type autrichien par exemple, en coton foncé ; des modèles "sport", à tranches de couleurs ; des toiles de coton mat, ponctuées de noir ou d'écru contrasté.

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Les plantes qui prédisent le (mauvais) temps

mercredi 4 septembre 2013 19:24:56 Asia/Nicosia

photo de liseron

L'observation et la prévision du temps grâce aux réactions de certaines plantes - science que l'on désigne sous le terme de "phytoscopie" - sont ancrées dans de très anciennes traditions et coutumes régionales. Ainsi la carline, sorte de chardon qui pousse couramment en Aveyron ou dans les Causses, se contracte et se ferme à l'approche du mauvais temps. En Provence et dans le Languedoc, on en cloue un au mur, près de l'entrée. Le liseron aussi se ferme à l'approche de la pluie, de même que les écailles de la pomme de pin se resserrent. Souffler le duvet d'une fleur de pissenlit : s'il tombe vers le sol au lieu de monter en l'air, il va pleuvoir, dit-on dans le Lot et la Drôme.

Au bord de la mer, les rubans de varech servent aussi à pronostiquer le temps. Séchés et accrochés au mur, ils annoncent la pluie quand ils deviennent mous et humides. Suspendus dans le vent, ils parlent de tempête s'ils produisent un son irrégulier en vibrant.

L'un des baromètres naturels les plus anciennement connus est fourni par la tige d'épicéa portant un jeune rameau. Fixée sur une planchette, elle se redresse ou s'abaisse selon que le temps est à la pluie ou au beau temps. Les propriétés hygrométriques de l’épicéa sont d'autant plus manifestes que la petite branche est soigneusement choisie et entièrement débarrassée de son écorce.

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann

Le parapluie Marius

mardi 3 septembre 2013 18:13:00 Asia/Nicosia

parapluie pliant

Le premier parapluie pliant de l'histoire fut inventé par un Français du nom de Jean Marius en... 1710 ! Ce "parapluie brisé" n'était pas plus grand que la main, une fois le manche replié en trois parties, et il tenait facilement dans la poche. Marius était non seulement un inventeur doué d'imagination, mais aussi soucieux de se protéger contre les imitateurs et les copieurs. Il déposa par conséquent une demande de privilège pour commercialiser son invention sans craindre la concurrence, et l'Académie des sciences lui donne gain de cause pour cinq ans consécutifs.

Le texte "promotionnel" de son parapluie était le suivant : "Parapluies et parasols à porter dans la poche. Les parapluies dont Monsieur Marius a trouvé le secret ne pèsent que 5 à 6 onces. Ils ne tiennent pas plus de place qu'une petite écritoire et n'embarrassent point la poche ; ainsi chacun peut sans s'incommoder en avoir un sur soi par précaution contre le mauvais temps. Ils sont cependant aussi grands, plus solides, résistent mieux aux grands vents et se tendant aussi vite que ceux qui sont en usage... Ils se font et se vendent à Paris chez Monsieur Marius, demeurant rue des Fossés-Saint-Germain, aux Trois Entonnoirs. Par l'autorité d'un privilège du roi, portant défense par toute l'étendue du royaume de les contrefaire, à peine de mille livres d'amende."

Posted in Les parapluies By BALTHAZARD Yoann
Loading...