canne a système

S'il peut paraître logique de faire entrer dans le fût d'une canne, à des fins directement pratiques, une canne à pêche ou une épée, une flûte ou un couvert de table, un parapluie ou un éventail, d'autres "idées" sont pour le moins déconcertantes...

L'ingéniosité humaine, certes, possède d'infinies ressources mais la canne réserve parfois des surprises auxquelles on a du mal à croire. Dans le domaine de l'absurde - ou d'ailleurs certains modèles de cannes à systèmes n'existèrent qu'à l’état de brevets déposés, dessins à l'appui, mais sans prototypes -, voici plusieurs propositions à la limite de l'absurde.

  • La canne-lit, dont tous les éléments (sauf la toile de cette couchette rudimentaire" sont contenus dans le fût.
  • La canne-cannot, imaginée quant à elle par un Français effleuré par le génie ! (A base de barres d'acier à assembler et à revêtir de toile caoutchoutée...)
  • La canne-bicyclette, conçue par l'esprit survolté d'un Britannique en 1892.
  • La canne-microscope, en revanche, est un petit chef-d’œuvre d'optique réalisé en Allemagne à l'intention des géologues et des naturalistes à la fin du XVIIIe.
  • La canne-radio, de fabrication récebte et américaine, dont la poignée constitue un récepteur à ondes moyennes.
  • La canne-brouette et la canne porte-bagages, qui n'ont plus qu'un lointain rapport avec l'élégante canne de promenade ou de soirée : il faut dire que les roues, nécessaires à l'objet, ont du mal à rester discrètes...
Au nombre des plus jolies "surprises" que recèle la canne de marche, il faut citer le pupitre de musicien. On en trouve de très élégants modèles, en bois ou en fer forgé, ou plus souvent en métal plus léger, dont les premiers peuvent remonter au début du XVIIIe