image par défaut

La célèbre "muse verte" des poètes et des artistes, à la fin du siècle dernier (c'est-à-dire l'absinthe), trouva donc dans la canne de marche innocente du promeneur une alliée insoupçonnée.

Cette liqueur à saveur anisée, inventée en 1790, fut interdite de fabrication et de vente par la loi du 16 mars 1915, en raison des ravages qu’elle entraînait chez les consommateurs. Mais les fabricants de cannes à système avaient eu largement le temps de perfectionner la "canne à absinthe", destinée aux drogués inconditionnels de cet alcool fort. Quiconque éprouvait pour l'absinthe un goût immodéré pouvait, grâce à cet accessoire discret et élégant, satisfaire à son vice sans avoir besoin de faire halte dans un café.

On raconte que Musset, qui éprouvait pour l'absinthe une passion dévorante, négligeait par trop souvent les séances de l'Académie française. Un jour, l'un des Quarante demanda à ses collègues: "Ne trouvez-vous pas que monsieur de Musset s'absente un peu trop ? - Vous voulez dire s'absinthe un peu trop !..."

En parfait dandy de son temps, Musset possédait une fort jolie collection de cannes : manifestement, il lui manquait une canne à absinthe !