image par défaut

"Ensuite, je passais une grande partie de mon temps, avec beaucoup d'efforts, à me fabriquer un parapluie. En effet j'en avais très grand besoin et mon souci était grand d'en faire un. J'en avais vu faire au Brésil, ou ils étaient d'une grande utilité lors des fortes chaleurs qui règnent. C’était pour moi un objet utile, autant pour la pluie que pour la chaleur... J'en gâchai deux ou trois avant d'en obtenir un selon mes vœux, mais finalement j'en fis un qui répondait à ce que je voulais. La difficulté majeure était d'arriver à le refermer. Je pouvais le déployer, mais s'il ne se refermait pas également, je ne pouvais que le porter au-dessus de ma tête, ce qui ne me convenait pas. Pourtant, à la fin, comme je l'ai dis, j'en fabriquai un, et je le couvris de peaux, le poil à l’extérieur, de sorte que la pluie ruisselle dessus comme sur un auvent et qu'il tienne à distance le soleil assez efficacement pour que je me promène par le temps le plus chaud sans souffrir le moindre désagrément ; et lorsque je ne m'en servais pas, je le fermais et je le portais sous mon bras."

Connaissez-vous le nom du célèbre héros qui vient de décrire ainsi l'une des premières fabrications artisanales du parapluie-parasol ? Un héros aux étranges aventures, inspirées de la vie authentique d'un marin écossais abandonné pendant cinq ans sur une île déserte, seul survivant d'un naufrage. c'est en effet les ressources de son esprit inventif pour mettre au point ce modèle original et exclusif de parapluie en peau de chèvre que manche de bambou, qui fait partie de ses attributs les plus courants.