0

Votre panier est vide.

Balzac et sa canne
vendredi 25 septembre 2015 13:09:37 Asia/Nicosia | Post sur BALTHAZARD Yoann |
la canne de balzac

Né en 1799 et auteur de romans alimentaires sous des pseudonymes divers, avant d’atteindre la célébrité avec La Femme de trente ans, puis cette fantastique postérité de La Comédie humaine, Honoré de Balzac est également l'auteur d'un ouvrage peu connu, intitulé Traité de la vie élégante (publié en plusieurs livraisons dans un journal de 1830), et qui commence par cette phrase en exergue : "L'esprit d'un homme se devine à la manière dont il porte sa canne de marche."

La vie de Balzac, dandy parisien, précède sa grande période de création, mais le dandysme lui doit beaucoup. Bien que son embonpoint un peu trop excessif l’empêchât de passer pour un Brummel continental, il n'en a pas moins énoncé quelques principes fondamentaux concernant la véritable élégance et ses accessoires. Mais attention : il convient d'être fashionable avec naturel ! L'élégance d'un dandy ne doit jamais apparaître comme "travaillée". Sinon, il devient "un meuble de boudoir", "un mannequin extrêment ingénieux qui mord ou tète habilement le bout d'une canne pliante", mais un "être pensant" jamais ! C'est pourquoi le maniement de la canne ne s'apprend pas : il se possède de naissance... "Il ne suffit pas d'être devenu riche ou de naître pour mener une vie élégante, il faut en avoir le sentiment".

Sur nombre de caricatures ou Honoré de Balzac apparaît, le ventre avantageux serré dans un gilet, ses cheveux longs et plats effleurant le col de se redingote, ses pieds minces pointant dans des bottines vernies sous le tendu de son pantalon à sous-pied, il tient à la main une fort étrange canne de luxe, deux fois plus large de diamètre au sommet qu'à la base, en forme de long fût évasé, prenant des allures de colonne monumentale. Il faut dire que tout Paris en parlait, de la canne de Balzac ! Elle mesurait en réalité 95 cm de haut et possédait surtout un fort joli couvercle à charnière, en or, orné de petites turquoises et de ciselures. Le couvercle remplaçant le pommeau se levait pour découvrir, juste en-dessous, un portrait miniature de cette "chère Eve", madame Hanska.

Ce remarquable ouvrage de joaillerie monté sur un jonc avait couté la somme non négligeable de 700 francs de l'époque, chez le bijoutier Lecointe, rue de Castiglione, et Balzac l'arborait avec le sentiment très vif de contribuer à l'histoire de l'accessoire du costume. La dragonne était formée de trois chaînette d'or terminées par des petites glands, réalisées avec un sautoir ayant appartenu à madame Hanska jeune fille. A la mort de Balzac, en 1847, elle hérita de cette canne dont elle retira son médaillon, puis elle l'offrit au docteur Nacquart, l'ami intime de son époux. L'arrière-petit-fils de Nacquart en fit donc au Musée Carnavalet. La canne de Balzac est aujourd'hui conservée à la Maison de Balzac, rue Raynouard, à PAris, dans le XVIe arrondissement.

Canne et pouvoir royal
vendredi 18 mai 2012 13:34:00 Asia/Nicosia | Post sur BALTHAZARD Yoann |
image par défaut

Les témoignages sur l'usage de la canne dans l'ancienne Égypte nous sont parvenus par l'intermédiaire de divers objets archéologiques, par les stèles gravées et par les peintures des tombes et plus particulièrement au cours du Nouvel Empire (1567-1075 av Jc) - avec des souverains aussi célèbres que Toutankamon ou Ramsès II. Sur la fameuse "stèle de l'an VIII" de Ramsès II, le dieu solaire Harakhty tient en main le sceptre, longue canne de marche luxe terminée en haut par un double croc et en bas par une fourche.

Le dieu remet au pharaon les insignes du pouvoir divin, qui sont ceux d"Osiris : un sceptre terminé en crochet et un fouet. La canne de marche longue, insigne de divinité, est figurée sous divers variantes dans les décors de la célèbre horloge à eau de Karnak, datée entre 1417 et 1379 av J-C, ou sont représentées de nombreuses divinités.

Une longue canne de marche, pourvue d'une sorte de garde supérieure, apparaît dans la main gauche de l'une des statues funéraires de Toutankhamon représenté dans sa marche nocturne vers la renaissance. On rappellera que de nombreux sceptres et cannes de marche luxe ont été retrouvés dans le mobilier funéraire de ce pharaon, aussi bien dans le caveau proprement dit que dans les salles adjacentes.

Certains archéologues ont même supposé que le jeune souverain était un collectionneur passionné ! Il semble plus réaliste de penser que les cannes de luxe trouvées ne sont rien d'autre que des attributs du pouvoir des plus hauts dignitaire de l'empire, déposés par eux dans la sépulture royale en signe d'hommage funèbre. Symbole de pouvoir la canne de marche luxe est aussi objet de luxe en Orient.

Une stèle d'Assurnazirpal (IX siècle avant J.-C.) montre ainsi dans la main de roi assyrien une canne de moyenne longueur avec un pommeau sphérique, terminée en bas par une férule également arrondie ; elle provient de Kalakh (Nimroud) et est exposée au British Musueum. Téglath-Phalasar III, autre roi assyrien (du VII siècle av.J.-C.) est représenté sur un fresque murale de Til- Barsib (Tell Ahmon) avec une canne de marche luxe dans la main, au moment ou il donne audience : cette canne luxe, probablement d'ivoire et dotée d'un pommeau et d'une férule ; elle est le signe tangible de son pouvoir de rendre souverainement la justice.

Chez les Perses, la longue canne était l'un des attributs de l'autorité royale : les hauts types apparaissent sur un relief provenant de la Trésorerie de Persépolis, aujourd'hui au musée de Téhéran. Le roi perse Darius est figuré avec une canne longue, surmontée d'un ornement, entouré de hauts fonctionnaires dont l'un porte une courte canne, décorée elle aussi en son sommet.

Chez les anciens Grecs, la canne de marche à fût lisse et droit se termine par un pommeau rond ou par un autre ornement, généralement de métal précieux ou d'ivoire. Cette canne de marche pratiquement un sceptre est manifestement réservée au dieux, aux rois et aux héros, comme l'attestent les nombreuses représentations figurant sur les vases peints.

Mots clés:

Loading...